Awesomenauts

“Nous sommes en 3587, le conflit s’étend entre les étoiles à mesure que des armées de robots s’enlisent dans une impasse durable. Dans leur tentative de domination de la galaxie, ils font appel au groupe de mercenaires les plus puissants de l’univers : les Awesomenauts !”

Un MOBA pas comme les autres

Dans le petit monde des arènes multijoueurs, quelques poids lourds se partagent la quasi-totalité du marché. Le premier d’entre eux, Defense of the Ancients est sorti en 2003. Depuis, tout le monde (ou presque) a entendu parler de League of Legends, qui a popularisé le genre grâce à son modèle free to play. Chaque année, des milliers de spectateurs suivent des tournois dont les cashprizes atteignent des sommets. Bien loin de cette popularité mondiale, quelques titres tracent tranquillement leur route à l’ombre des mastodontes. C’est le cas d’Awesomenauts. Le titre, développé par le studio indépendant Ronimo Games est sorti en 2012 et a su trouver son public au fil des extensions et des mises à jour.

Nous sommes en guerre !

Dès l’intro, le ton est léger, les couleurs vives et le style résolument cartoon. Awesomenauts est un jeu en 2D à défilement horizontal. Deux équipes de 3 joueurs s’opposent. Une vingtaine de personnages (les Nauts) sont jouables, et chacun possède ses propres caractéristiques, rendant son jeu unique. Raellyn avec son sniper, Nibbs le dragon cracheur de feu, Ksenia l’assassin-coiffeuse ou encore Skølldir le viking de l’espace : les profils sont variés et les compétences aussi. Certains sont faciles d’accès et feront le bonheur des débutants, à l’image du shérif Lonestar, alors que d’autres, comme le singe Yuri, sont plus difficiles à maîtriser et apportent davantage de profondeur au titre. Dix-huit personnages sont jouables dans le jeu de base, cinq ont été ajoutés dans la première extension, Starstorm, et 3 dans la dernière venue, Overdrive.

A l’aventure compagnons…

Chaque Naut dispose d’une capacité de base et de deux capacités évoluées. Un arbre à 4 branches (1 branche par capacité + une branche générale) permet d’acheter des améliorations avec l’or gagné au fil de la partie en tuant des joueurs ennemis ou des droïds (l’équivalent des sbires de LoL). La partie se déroule ensuite de manière classique : destruction de tourelles, meurtres des ennemis et destruction de la base adverse. Chaque personnage est entièrement doublé et dispose de répliques pré-enregistrées accessibles via les touches 1 à 4 du clavier (1 : taunter l’adversaire, 2 : “aidez-moi”, 3 : “défendez !”, 4 : “attaquez !”). A l’heure actuelle, 5 maps différentes sont disponibles en multi, plus une qui n’est disponible qu’en partie personnalisée. Plus que des différences visuelles, chaque environnement a ses particularités dont il faut savoir tirer parti en fonction du personnage que l’on joue.

Trois modes de jeu sont disponibles : contre des bots (jouable de 1 à 3), le mode bataille qui voit s’affronter deux équipes de trois joueurs (vous pouvez jouer à trois amis dans la même équipe), et le mode personnalisé, dans lequel tous les paramètres sont ajustables (nombre limite de morts, vitesse de déplacement des Nauts, coût des améliorations, etc…)
Le plus gros défaut d’Awesomenauts réside dans la gestion des abandons. Quitter une partie avant son terme n’est pas pénalisé, il est ainsi très courant de voir un joueur être remplacé par un bot en plein milieu (voir dès le début) de la partie, handicapant sérieusement l’équipe. De la même manière, en mode bataille, il est possible de se retrouver catapulté dans une partie déjà en cours (même si la dernière extension a limité cet aspect). Rien de plus frustrant que d’arriver dans une partie perdue d’avance commencée 10 minutes plus tôt par les autres joueurs… et évidemment, la défaite est bien comptabilisée dans vos statistiques personnelles ! Le matchmaking est également problématique. Une équipe de débutants face à des joueurs aguerris, et la partie n’est agréable pour personne. Trop simple pour les joueurs expérimentés, démoralisante pour les débutants. Ces petits défauts mis à part, les parties sont dynamiques et agréables. Détail intéressant : Chaque partie est enregistrée et peut être revisionnée via le player intégré qui permet de changer de point de point de vue pour ne rien rater de l’action !

La progression dans le jeu s’effectue à plusieurs niveaux. Au départ, seules 3 des 6 capacités disponibles sur chaque branche de l’arbre de compétences sont disponibles. Elles se débloquent petit à petit au fil des parties, à mesure que votre expérience augmente. Une fois toutes débloquées, il vous est proposé de repartir à zéro en échange d’un badge qui vous permet d’arborer fièrement votre expérience à côté de votre pseudo. Ce badge est améliorable dix fois. L’autre aspect compétitif est matérialisé par les ligues. Chaque partie que vous jouez vous fait bouger dans le classement. Gagnez vos parties, et vous progresserez, avec l’espoir, un jour, d’atteindre la ligue 1. Une saison dure deux mois, à l’issue desquels le classement est remis à zéro…

Ronimo Games a fait le pari d’un modèle payant. Il en coûte 10€ environ pour le jeu de base et 22€ pour le pack comprenant le jeu ainsi que la bande originale et les deux extensions sorties à ce jour. Les extensions ajoutent de nouveaux personnages, et sont généralement l’occasion pour le studio de faire des ajouts qui profitent à tous les joueurs, que ce soit de nouvelles maps ou des mises à jour moins visibles touchant au cœur du jeu. Il est également possible d’acheter des skins et des packs de voix pour les personnages, qui sont purement décoratifs et n’apportent aucun avantage compétitif.

Et si vous voulez en savoir plus, allez faire un tour sur le site officiel d’Awesomenauts : www.awesomenauts.com

Synthèse

Les +

– Le style cartoon.
– L’ambiance décontractée.
– La simplicité d’accès, sans enlever de complexité et de maîtrise.
– La grande variété de styles de jeu.
– Les maps variées.
– Le voice acting et les répliques pré-enregistrées.

Les –

– Le matchmaking aléatoire.
– L’absence de pénalité en cas de déconnexion pendant une partie.

A propos de l'auteur :

Jezekael

Joueur PC, il s’intéresse à tous les styles, du RPG aux Point & Click en passant par la simulation et les jeux indés. Toujours en quête de nouveautés, il cherche désespérément un moyen de rallonger les journées pour espérer venir à bout de sa bibliothèque Steam…

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


hors ligne Retrouvez nos vidéos.


Prochains évènements :

Prochain Stream : Tous les dimanches soirs, retrouvez Dryder et Evanhel pour un stream sur notre chaîne Youtube! ou sur notre chaîne Twitch !

Prochain test de jeu : Armikrog par Dryder

Prochain dossier/tutoriel : A venir

Prochaine vidéo : Never Ending Games #2 par Evanhel

Nos réseaux sociaux

  • Youtube
  • Curse
  • Dons

Nos partenaires