Mark of the Ninja

“Dans Mark of the Ninja, vous saurez ce que signifie être un ninja.”

C’est la promesse qui nous est faite à l’achat du jeu. Et pour être honnête, avant de le lancer, on ne savait pas trop à quoi s’attendre. 10h de jeu quasiment non-stop plus tard, il est temps de vous faire part de nos impressions…

 

mark of the ninja

 

Dans Mark of the Ninja, vous incarnez… un ninja ! Mais ici, aucune trace du Japon médiéval, c’est à l’époque moderne que se déroule toute l’histoire. Tout commence lorsque le héros se réveille au son de la cloche du monastère auquel il appartient. On comprend très vite que le monastère est attaqué. Une kunoichi (il parait que c’est le mot utilisé pour désigner les femmes ninja…) va le guider et l’aider à défendre le monastère tout en lui apprenant les techniques de base. Mais le héros a quelque chose de particulier : la Marque du Ninja. C’est un tatouage complexe, réalisé en plusieurs étapes, dont l’encre est à base d’une fleur du désert. Cette encre décuple les sens du porteur de la marque et lui donne de nouveaux pouvoirs, mais à un prix élevé : au fil du temps, la folie le gagne et il doit se suicider rituellement (par un seppuku) avant de sombrer totalement, pour protéger son clan et son honneur.

Sympa le tatouage !

 

L’aventure se présente sous la forme de treize niveaux en 2D. Vous devrez réaliser des objectifs variés pour venir à bout de chaque niveau, entrecoupés de cinématiques très réussies. Car graphiquement, le jeu est magnifique. Les décors jouent beaucoup sur le contraste lumière/obscurité et les endroits invisibles pour le héros se retrouvent dans un flou qui s’intègre parfaitement à l’environnement. Le clou du spectacle reste le dernier niveau, dont on ne montrera pas de captures pour préserver la surprise, mais qui est un chef d’oeuvre, visuel et sonore. L’environnement sonore justement, est lui aussi réussi. Peu de musiques nous accompagnent pendant les niveaux, l’intérêt étant de toujours entendre les bruits que produit le Ninja. Il devra en effet toujours rester discret, en se cachant et en évitant de faire du bruit. Courir dans un couloir n’est pas forcément une bonne idée, les bruits de pas risquent d’alerter les gardes à proximité… Pour ne pas se faire repérer, le porteur de la marque pourra se cacher dans les éléments du décor (plantes, statues…), grimper le long des murs, au plafond, et son agilité lui permet de se faufiler dans les conduits d’aération.

Ne pas faire de bruit, surtout ne pas faire de bruit...

Ne pas faire de bruit, surtout ne pas faire de bruit…

Au niveau des combats, on a ici affaire à un ninja spécialiste des techniques de camouflage, l’ombre sera donc votre plus grande alliée. On privilégiera autant que possible la discrétion. A vous d’essayer de ne jamais vous faire détecter, et, si vous préférez tuer vos ennemis, faites-le furtivement et silencieusement. Pour vous aider dans votre quête, vous disposez de plusieurs objets, que vous débloquerez au fil de l’aventure. Vous possédez un sabre, utile pour assassiner discrètement les ennemis qui passent à proximité, et des kunais, qui servent principalement à détourner l’attention des ennemis, ou à casser des lumières, créant ainsi des zones d’ombres. A cela s’ajoutent au fil de l’aventure des pièges, bombes fumigènes ou autres objets caractéristiques de l’équipement ninja. Si vous vous trouvez dans un endroit fréquenté, prenez le temps de cacher les corps, cela vous évitera d’alerter les ennemis restants. Les attaques au corps à corps sont possibles, mais elles ne sont clairement pas conseillées. Bruyantes, elles rameuteront tous les gardes à proximité et, même si le héros maîtrise les arts martiaux, ce n’est pas la manière la plus propre de terminer un combat.

L’obscurité est votre meilleure alliée…

 

Côté ennemis, plusieurs type de soldats vous feront face, des soldats légers aux soldats d’élite. On pourra également rencontrer des chiens de garde, à l’odorat redoutable. Face à eux, même dissimulé dans l’ombre, votre odeur vous fera vite démasquer. Il vous faudra également éviter des pièges en tout genre, des flèches qui sortent des murs aux lasers en passant par les caméras de surveillance…

Pour le calcul du score, chaque action vous rapporte des points (passer un garde sans se faire détecter, tuer un ennemi, cacher un corps, etc…) mais à l’inverse, vous pouvez aussi en perdre. Si un garde déclenche une alarme par exemple, cela fera chuter assez rapidement votre score. Selon votre nombre de points à la fin du niveau, vous gagnerez de un à trois “sceaux”. Oui, car chaque niveau possède un certains nombres de sceaux à maîtriser, qui sont en fait, en dehors de votre score final, des objectifs supplémentaires à réaliser (Assommer un certain nombre de chiens, ne pas se faire détecter, ne pas déclencher d’alarme, etc…) Les sceaux réussis servent ensuite de points d’actions, qui vous permettent de déverrouiller de nouvelles aptitudes ou armes. Ce système est intéressant puisqu’il redonne de l’intérêt aux missions secondaires, surtout qu’une fois le jeu terminé, vous débloquez un nouveau mode, qui vous permet de refaire l’aventure avec une difficulté plus élevée, mais en conservant toutes vos améliorations. Dans chaque niveau se cachent également des objets, pour un bonus au score, et des niveaux “défi”, qui vous demanderont de résoudre un genre de casse-tête. Le tout prend environ une dizaine d’heures, ce qui est correct, mais le jeu est d’une telle qualité qu’on regrette qu’il ne dure pas plus longtemps…

Pas content !

Vous l’aurez compris, jetez-vous sur Mark of the Ninja, un jeu magnifique visuellement, au gameplay qui revisite l’infiltration et apporte un peu de fraîcheur au genre. Pour un peu moins de 15€ sur steam et XBLA, foncez !

A noter également : un DLC « special edition » vendu 5€ rajoute un niveau, dans la peau du tatoueur, de nouveaux objets ainsi que  les commentaires de l’équipe de développement.

 

Synthèse


Les +

– Graphismes magnifiques.
– “Vrai” jeu d’infiltration : se faire détecter est souvent fatal.
– Dernier chapitre qui conclut magnifiquement le jeu.

Le –

– Léger manque d’originalité dans le scénario.

A propos de l'auteur :

Jezekael

Joueur PC, il s’intéresse à tous les styles, du RPG aux Point & Click en passant par la simulation et les jeux indés. Toujours en quête de nouveautés, il cherche désespérément un moyen de rallonger les journées pour espérer venir à bout de sa bibliothèque Steam…

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


hors ligne Retrouvez nos vidéos.


Prochains évènements :

Prochain Stream : Tous les dimanches soirs, retrouvez Dryder et Evanhel pour un stream sur notre chaîne Youtube! ou sur notre chaîne Twitch !

Prochain test de jeu : Armikrog par Dryder

Prochain dossier/tutoriel : A venir

Prochaine vidéo : Never Ending Games #2 par Evanhel

Nos réseaux sociaux

  • Youtube
  • Curse
  • Dons

Nos partenaires