The Swapper

L’espace, une étoile, une planète, un vaisseau, une capsule de sauvetage… et un crash sur une planète mystérieuse…
Bienvenue dans The Swapper.

Rendez-vous en terre inconnue


Dès les premiers pas sur le sol de cette étrange planète, on se dit que le voyage va être agréable, au moins visuellement. Quelques mètres à pied, le temps d’apprendre les touches de base, et nous voila devant l’entrée d’une base qui semble abandonnée. Encore quelques mètres, et nous nous retrouvons en possession de l’arme, ou plutôt l’outil, qui nous suivra jusqu’à la fin du jeu. Vous appuyez sur la gâchette et, surprise ! Vous vous retrouvez nez à nez avec une copie conforme de vous-même.

Le principe


Dans The Swapper, vous incarnez un scientifique qui, après avoir quitté en catastrophe sa station spatiale, s’écrase à proximité d’une base de recherche abandonnée. Pas d’arme, pas de combats, vous disposez pour seul outil d’un drôle de pistolet vous permettant de créer jusqu’à quatre clones de votre personnage : le Swapper. Ces clones n’ont pas de conscience, ils se contentent de reproduire les mouvements du personnage principal. Vous sautez ? Ils sautent. Vous allez vers la droite ? Ils font de même, et tant pis s’il y a un ravin… Heureusement, le Swapper vous permet également de transférer votre esprit dans le corps de votre choix, pour peu qu’il n’y ai pas d’obstacle entre les deux.

Ces obstacles peuvent prendre plusieurs formes : physique (un mur par exemple) ou lumineux. Les lumières bleues empêchent de créer des clones, et les lumières rouges bloquent le rayon téléporteur. Pour compliquer un peu plus les choses, ces lumières peuvent se superposer. Les lumières blanches, quant à elles, détruisent les clones. Ajoutez à cela des plaques de pression permettant d’allumer ou d’éteindre certaines lumières, de faire bouger des murs, une petite dose d’inversion de la gravité… et vous avez de quoi créer quelques petits casse-tête sympathiques !

Le jeu est découpé en plusieurs zones. Pour progresser dans la station, vous devez déverrouiller les portes qui mènent à ces zones, en amassant des “orbes”. Ces orbes sont de plus en plus difficiles à récupérer, et il faut parfois se creuser la tête pendant de longues minutes avant de découvrir que la solution se trouvait sous nos yeux… Il va falloir jouer avec les obstacles, les lumières et les clones pour parvenir à les atteindre. Détail qui a son importance : seul le personnage conscient peut récupérer les orbes, pas question d’envoyer un clone faire le sale boulot à votre place !

Qu’est-il arrivés aux anciens occupants ?


Nous allons nous balader de salle en salle et découvrir petit à petit ce qui est arrivé aux anciens occupants de la station. Les journaux de bord de nos prédécesseurs, accessibles sur des terminaux disséminés dans la station, sont notre principale source d’information. Des rochers (oui oui, des cailloux) entreposés dans les couloirs nous livrent quelques phrases mystérieuses, plutôt inquiétantes en général. Sont-ils intelligents ? Quel est leur rôle dans toute cette histoire ? D’où vient le swapper ? Un deuxième personnage, que l’on ne croise que très rarement, nous dit quelques mots, qui ne sont pas non plus spécialement rassurants…

On comprend dès le début de l’aventure qu’une expérience a mal tourné et que le fameux Swapper n’y est sans doute pas pour rien. Peu de choses seront affirmées, tout est le plus souvent suggéré, laissant libre court à votre imagination. Si vous êtes un peu curieux, vous devriez avoir envie de parcourir les salles pour en savoir plus sur cette étrange histoire…

Les puzzles sont de plus en plus difficiles et comme dans tous les jeux de ce type, on peut très vite s’énerver lorsqu’on bloque sur une salle, mais la satisfaction de la réussite n’en est que plus grande…

Les environnements sont variés et agréables à parcourir, très réussis graphiquement. Les éléments du décor, construits en pâte à modeler et autres “matériaux de tous les jours”, donnent au titre une identité unique. Les jeux d’ombres et de flous entre le premier et l’arrière plan donnent une profondeur aux décors. L’ambiance sonore est également adaptée, juste ce qu’il faut pour nous accompagner sans nous déconcentrer.

Amateurs de puzzle-games, n’hésitez pas, vous ne serez pas déçu !

Retrouvez The swapper sur le site de l’éditeur : http://facepalmgames.com/the-swapper

Synthèse


Les +

– Les décors
– L’ambiance
– La difficulté croissante
– L’histoire, subtile et bien écrite.

Les –

– Assez vite répétitif
– La durée de vie un peu courte et l’absence de rejouabilité.

 

Votre avis compte !

Vous avez joué à The Swapper ? Donnez votre avis ici. Et n’hésitez pas à vous exprimer dans les commentaires !

A propos de l'auteur :

Jezekael

Joueur PC, il s’intéresse à tous les styles, du RPG aux Point & Click en passant par la simulation et les jeux indés. Toujours en quête de nouveautés, il cherche désespérément un moyen de rallonger les journées pour espérer venir à bout de sa bibliothèque Steam…

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


hors ligne Retrouvez nos vidéos.


Prochains évènements :

Prochain Stream : Tous les dimanches soirs, retrouvez Dryder et Evanhel pour un stream sur notre chaîne Youtube! ou sur notre chaîne Twitch !

Prochain test de jeu : Armikrog par Dryder

Prochain dossier/tutoriel : A venir

Prochaine vidéo : Never Ending Games #2 par Evanhel

Nos réseaux sociaux

  • Youtube
  • Curse
  • Dons

Nos partenaires